La Chine : Leader de l’économie actuelle ?

La Chine : Leader de l’économie actuelle ?

chine économie

Coronavirus, comment l’économie mondiale s’effondre et où la Chine gagne du terrain ?

Après presque huit mois de pandémie, les dégâts se comptent : plus d’un million de morts et une récession mondiale. En août, le Forum économique mondial a estimé que le coût se situait entre 8 et 15 000 milliards de dollars, pour atteindre 17,3 milliards de dollars à la fin de l’année, selon l’Australian National University. Ce chiffre est destiné à augmenter, au moins jusqu’à ce que le vaccin soit disponible. L’augmentation des déficits publics dans les pays avancés est d’environ 20% de leur PIB, avec une croissance tout aussi importante de la dette publique. Parallèlement, le chômage dans les 37 pays de l’OCDE est passé de 5,3 % en 2019 à 9,7 %. Le commerce mondial a chuté de 18,5 % au deuxième trimestre.

La Chine se développe grâce aux exportations de soins de santé

La situation est meilleure en Chine : à la fin de l’année, le PIB aura augmenté de 1,9 %. Il y a un an et demi, une étude de la Brookings Institution a estimé que le PIB réel était inférieur de 12 % aux statistiques officielles, mais il est impossible de trouver d’autres chiffres plus crédibles. Les exportations ont augmenté de 10,4 %, principalement des fournitures médicales et des équipements électromédicaux dont le monde a désespérément besoin.

chine économie Avec l’effondrement du tourisme international chinois, la consommation intérieure a augmenté : les Chinois achètent chez eux ce qu’ils avaient l’habitude d’acheter au Japon et en Europe, notamment dans le secteur du luxe. Le groupe Kering (Gucci et YSL) a enregistré une hausse de 40 % au deuxième trimestre de 2020. La Banque populaire de Chine a assoupli les réserves que les banques doivent détenir et a injecté 212 milliards de dollars dans l’économie. Le taux de chômage est de 5,6 %, mais il y a 8,7 millions d’étudiants fraîchement sortis de l’université qui doivent trouver du travail.

Un pays plus isolé

Il est certain, cependant, que le pays est plus isolé et considéré comme moins fiable. Le monde est en train de revoir ses relations économiques et politiques avec la puissance qui porte une grande responsabilité dans la crise virale mondiale, et qui continue de la nier. Depuis des mois, le président Xi et toutes les articulations de l’État, internes et étrangères, affirment que la gestion par Pékin de la grande épidémie de Wuhan a été exceptionnelle et réussie, démontrant la supériorité du modèle chinois centralisé et autoritaire sur celui des démocraties qui peinent encore à contrôler la multiplication du virus. Alors que la Chine est pratiquement exempte de Covid (du moins officiellement). Bien sûr, il faut déplorer la sous-estimation du risque par le Brésil, les États-Unis et certains pays européens, mais il ne fait aucun doute qu’une imposition drastique et efficace du verrouillage, possible en ces termes uniquement dans un pays au régime dictatorial, est impraticable en Occident, où il est impossible de contrôler chaque comportement. Derrière ce récit, cependant, Pékin cache au moins deux réalités.

chine économie
Déni de responsabilité

La première est le manque de transparence sur la propagation du virus dans les premières semaines de la pandémie à Wuhan et le déni de la gravité de la situation, bien représenté par la répression des avertissements rendus publics par le Dr Li Wenliang : arrêtés, censurés et mis à l’écart (il est mort du virus par la suite). Le second concerne les « marchés humides » où des animaux vivants sont également vendus et littéralement dépecés. Ces marchés, présents dans les grandes villes chinoises qui ont connu une croissance disproportionnée au cours des deux dernières décennies et qui étaient déjà les principaux suspects de la propagation du premier SRAS en 2002, auraient dû être fermés. En réalité, les autorités ne sont jamais sérieusement intervenues. La crise aurait-elle pu rester géographiquement limitée à la région de Wuhan si les autorités ne s’étaient pas barricadées dans une position de déni ? Peut-être, mais jusqu’à présent, Pékin a refusé, même de manière menaçante, d’ouvrir la porte à une enquête internationale indépendante sur l’origine de la pandémie, qui a été demandée par 194 pays. Les responsabilités que Pékin continue de nier avec arrogance ont eu un effet économique et un effet politique.

Multinationales : transferts de succursales d’entreprises

De nombreuses entreprises qui avaient fait de la Chine le centre de leurs chaînes d’approvisionnement et de production reconsidèrent le risque de dépendre totalement du système chinois et déplacent une partie de leur production ailleurs. La multinationale taïwanaise Foxconn, qui produit des smartphones pour Apple en Chine, envisage de transférer une partie de sa production en Amérique du Nord. Apple, Samsung, Hasbro, Nintendo, GoPro et La-Z-Boy ont déjà transféré certaines unités commerciales, principalement au Viêt Nam, à Taïwan et au Mexique. D’autre part, le marché chinois est trop important pour être ignoré : Tesla, BMW et Honeywell ont annoncé l’ouverture de nouvelles usines en Chine.

chine économie

L’effet politique est que Pékin est maintenant pratiquement sans « amis », en particulier en Asie. Elle a des « clients » qu’elle maintient liés par de l’argent et par des prêts de la nouvelle route de la soie : le Pakistan, le Myanmar, le Cambodge. Elle entretient des relations étroites avec la Russie peu fiable de Vladimir Poutine. Mais plus un pays est proche géographiquement du géant asiatique, plus il prend ses distances politiquement. La réaction de Xi est d’exacerber la répression interne et l’agression externe, avec des tensions accrues à la frontière avec l’Inde, une militarisation intensifiée de la mer de Chine méridionale, des « avertissements » à Taïwan et une utilisation sans scrupules de la diplomatie.

La route de la soie ralentit

La situation est en effet préoccupante pour Xi Jinping : de plus en plus de gouvernements sont réticents à s’associer à Pékin par le biais de projets structurels et de la dette. Selon la société d’analyse Refinitiv, sur les 2 951 projets de « Belt & Road » réalisés à ce jour, 666 ont été achevés, 2 207 sont en cours de construction, 43 sont suspendus, 29 reportés et 6 annulés.

Les investissements de la Chine à l’étranger, qui ont augmenté après l’élection de Xi en 2013 à la tête de l’État et du Parti communiste pour atteindre 255 milliards de dollars en 2017, ont commencé à diminuer et s’élevaient à 28 milliards de dollars en octobre 2020. L’Italie va à l’encontre de cette tendance et est en train de vendre une partie importante du port de Tarente aux groupes chinois Weichai et Cosco. La Nouvelle route de la soie, le projet phare de Xi par lequel Pékin entend construire un réseau d’infrastructures terrestres et maritimes qui unira l’ensemble de l’Eurasie avec la Chine en son centre, risque de finir dans le sable. Le comportement de Pékin dans la propagation de la pandémie suscite également des craintes dans les pays qui auraient besoin de l’aide de la Chine.

Demandes de dommages et intérêts

De nombreux gouvernements (pas seulement Trump) ont évoqué la possibilité de demander des réparations, mais il n’existe pas d’institutions internationales dans le domaine de la santé qui puissent faire office de tribunaux en matière de pandémies : il n’y a pas de Cour de justice comme celle de La Haye, il n’y a pas d’organe judiciaire comme l’OMC pour les litiges commerciaux. En outre, le Conseil de sécurité des Nations unies, au sein duquel Pékin dispose d’un droit de veto, n’émettra aucun blâme à l’encontre de la Chine. Quoi qu’il en soit, Pékin a l’habitude de ne pas accepter les jugements rendus par les tribunaux internationaux sur les différends entre États : en 2016, le tribunal de La Haye a rendu un jugement en faveur des Philippines dans un conflit sur les eaux territoriales, mais la Chine l’a discrètement ignoré. Les affaires qui pourraient s’ouvrir devant les tribunaux nationaux, notamment aux États-Unis, auront donc une portée plus politique que pénale.

économie chine

Le point de non-retour

La question de la responsabilité des catastrophes sanitaires, et des règles communes dans la lutte contre le changement climatique, imposent comme objectif urgent la création d’un lieu où les pratiques internationales puissent être jugées, au moins pour obliger les pays à avancer de manière responsable dans les défis qui se présentent pour la survie de la planète entière. En attendant, le prix que la Chine paiera pour la crise du Covid-19 sera politique et économique, si les multinationales réduisent leurs activités dans le pays. Ce sont ces coûts que Xi Jinping craint le plus. Ce n’est plus seulement Washington qui prend ses distances avec Pékin : même le sommet entre Xi et les dirigeants de l’UE il y a quelques semaines, qui devait à l’origine sceller une relation profonde, a vu les Européens de plus en plus convaincus de considérer la Chine comme un « rival stratégique » dont les intérêts, les objectifs et les méthodes diffèrent de ceux de l’UE. La pandémie a marqué un point de non-retour : l’Europe, les États-Unis et le reste du monde sont confrontés à la nécessité de procéder à une sérieuse remise à zéro des relations avec la Chine. Très difficile. Mais inévitable.

François
François

Je suis François, ancien économiste à l'international. Je suis spécialisé dans la finance et passionné par l'investissement dans les nouvelles technologies. Au travers de mes articles, je vous partages mes expériences, avis, informations et conseils sur l'investissement et les finances. Rappelez-vous que les articles sur l'investissement sont uniquement de l'information. Consultez un conseiller financier avant de prendre une décision ou de passer à l’action.

Les commentaires sont fermés.