Compétitivité et marché mondial !

Compétitivité et marché mondial !

economie

La Compétition sur le marché de l’économie mondiale !!

Il y a de bonnes raisons de croire qu’à long terme, l’élan de la mondialisation et de la libéralisation des marchés l’emportera sur les conditions de marché des biens, des facteurs de production (travail et capital) et des instruments monétaires et financiers.

Dématérialisation de l’économie

La dématérialisation de l’économie réduira le poids des rentes de situation et l’éducation celui des coûts de l’ignorance. Les États, sous l’impulsion des institutions, devront se charger de créer des institutions adaptées à la concurrence mondiale, c’est-à-dire des règles du jeu qui offrent des opportunités et non des contraintes, et des acteurs prêts à les exploiter positivement. Dans un contexte où la mondialisation est un processus dynamique irréversible, il est nécessaire d’être compétitif pour garantir, maintenir dans le temps et renforcer les modèles locaux qui entrent en contact les uns avec les autres, jetant ainsi les bases d’un marché mondial.

Compétitivité

La compétitivité est nécessaire pour construire un modèle qui dure, qui est durable, qui peut tenir sa place dans le monde de demain, où il y a une bonne vie, de la prospérité et de la cohésion sociale plutôt que du chômage, de l’exclusion, des inégalités croissantes, de la pauvreté et de l’insécurité. En ce sens, la compétitivité doit être considérée comme un moyen et non comme une fin.

economie

La mondialisation conduit donc à un niveau de compétitivité plus élevé car, grâce à une efficacité accrue, les entreprises peuvent faire entendre leur voix dans un environnement de plus en plus vaste et spécialisé. L’internet permet donc d’accéder à des ressources infinies d’informations provenant de tous les coins de la planète. Le coût de la communication diminue. La téléphonie mobile et par satellite rend les télécommunications accessibles non seulement à la population urbaine mais aussi à celle qui vit dans des zones éloignées de la ville.

Compétitivité et coûts

Les deux dimensions de la compétitivité sont basées sur la distinction entre la « compétitivité en termes de coûts » et la « compétitivité indépendamment des coûts ». Cette distinction correspond également à deux aspects de la stratégie des entreprises, à savoir une vision à court terme fondée sur la production de biens standardisés et une vision à long terme fondée sur la différenciation et l’innovation. Ces deux approches ne sont pas antagonistes et peuvent être parfaitement complémentaires l’une de l’autre.

La concurrence territoriale

D’un point de vue territorial, cette même distinction comprend deux approches correspondant à deux préoccupations ou alternatives. La première consiste à se préoccuper d’abord des aspects prix des facteurs de production en un lieu donné. Dans ce cadre de concurrence territoriale basée exclusivement sur les coûts des intrants, la conséquence est très souvent une course au sommet dans les relations entre les entreprises et le territoire. La seconde approche, en revanche, se concentre sur un processus de construction territoriale des ressources. Il s’agit d’un processus auto-cumulatif résultant de phénomènes d’interaction entre des entreprises situées sur un même territoire et entre celui-ci et l’ensemble des autres opérateurs dans un environnement circonscrit.

Entreprises entre nomadisme et ancrage territorial
Dans cette perspective, la croissance et le développement au niveau local ne reposent plus uniquement sur l’intérêt que suscite un lieu pour les investissements productifs en quête de localisation ; ils sont également le résultat d’un soutien mutuel entre les investissements productifs externes (développement exogène) et les forces territoriales de croissance et d’innovation (développement endogène). Ainsi, en ce qui concerne les entreprises, si leur « nomadisme » s’explique de plus en plus par la nécessité de se mondialiser, elles cherchent également à s’impliquer davantage dans le territoire local en adoptant un comportement d' »ancrage territorial ».

economie

Libre concurrence

La compétitivité doit donc se fonder davantage sur l’exploitation des différences dans un monde d’échanges et d’interactions que sur la référence à un modèle unique. Le problème du lien entre la compétitivité des entreprises et la compétitivité des régions peut être résolu par la convergence des intérêts des entreprises et des régions. La question de la « nationalité » de l’entreprise est ainsi dépassée, puisque la véritable question devient celle de sa « territorialité ». Enfin, la mondialisation, du moins en théorie, est capable de créer un système de libre concurrence dans lequel toutes les entreprises peuvent profiter.

Avantages pour la communauté

Selon la théorie économique traditionnelle, le régime de libre concurrence permet d’atteindre une situation optimale, c’est-à-dire la meilleure situation possible, pour la collectivité. Cela se produirait pour trois raisons

  • en cas de concurrence, le prix des biens tend à être égal au coût de leur production ;
  • la concurrence permet d’atteindre la souveraineté du consommateur ;
  • La concurrence incite les entreprises à utiliser les facteurs de production (capital et travail) de manière efficace (c’est-à-dire économique ou rationnelle) et permet d’obtenir le volume maximal de production (de biens et de services) dans le système économique.

Prix et production

Les prix remplissent donc une fonction importante : ils assurent l’utilisation efficace (c’est-à-dire économique ou rationnelle) des ressources productives (biens et facteurs), en incitant les entreprises à utiliser plus parcimonieusement les ressources rares et moins parcimonieusement les ressources abondantes. Comme cela permet d’éviter tout gaspillage de ressources, le volume de production le plus élevé possible est atteint dans le système économique.

economie

Plus de possibilités de développement

La mondialisation s’inscrit dans une dynamique d’ouverture et de complexification du monde, fondée sur un processus d’ouverture réciproque et d’interpénétration des espaces tant géographiques que sectoriels : cette dynamique étendue au territoire et aux secteurs offre aux entreprises de nombreuses opportunités d’entrer sur le marché. Cela crée un système de concurrence avec des possibilités de positionnement tant au niveau de la spécialisation des produits qu’au niveau des différentes tailles de marché. Les marchés de plus grande taille et la trans-sectorialité offrent de grandes possibilités de développement, car ils dessinent de nouveaux espaces dans la manière de gérer et de traiter la concurrence.

Si vous voulez en savoir plus sur l’économie en général, cliquez ici !!

François
François

Je suis François, ancien économiste à l'international. Je suis spécialisé dans la finance et passionné par l'investissement dans les nouvelles technologies. Au travers de mes articles, je vous partages mes expériences, avis, informations et conseils sur l'investissement et les finances. Rappelez-vous que les articles sur l'investissement sont uniquement de l'information. Consultez un conseiller financier avant de prendre une décision ou de passer à l’action.

Les commentaires sont fermés.